Joséphine Baker, figure emblématique du Château des Milandes

Publié le par SAVA

Joséphine Baker, figure emblématique du Château des Milandes

Suite à notre visite du château des Milandes (à découvrir ici) dont elle fut propriétaire, nous avons voulu rendre hommage à Joséphine Baker, femme de conviction, résistante héroïque pour son pays d'adoption et militante engagée contre le racisme. Récit en images.

Freda Joséphine Mc Donald naît aux Etats-Unis, dans le Missouri le 3 juin 1906. Issue d’une famille très pauvre, elle doit alterner l’école et des travaux domestiques pour nourrir ses frères et sœurs. Elle se marie à l’âge de treize ans mais quitte son mari quelques années plus tard.

En 1921, Joséphine rencontre à Philadelphie Willie Baker avec lequel elle se marie et dont elle gardera le nom.

Âgée de seize ans, elle quitte son second mari part tenter sa chance à New York comme danseuse. Elle se présente au Music Hall de Broadway. Après plusieurs échecs, elle finit par obtenir un rôle secondaire. Au Plantation Club, elle rencontre la femme de Donald J. Reagan, diplomate américain à l’ambassade de Paris qui voit en elle un grand potentiel. Il lui fait la proposition de venir avec lui en France pour devenir la vedette de la revue Nègre, un spectacle musical mêlant jazz et charleston.

Joséphine Baker et son célèbre pagne de fausses bananes
Joséphine Baker et son célèbre pagne de fausses bananes

Le 25 septembre 1925, elle arrive en France où elle rencontre rapidement le succès au Théâtre des Champs Élysées, grâce au personnage de la sauvageonne où elle apparaît notamment vêtue d’un simple pagne de fausses bananes. Elle est engagée au Casino de Paris où elle mène la revue et chante sa chanson la plus célèbre : « J’ai deux amours. »

En 1936, elle part pour une tournée américaine qui se solde par un échec. Elle rentre en France en 1937 où elle acquiert la nationalité française en épousant Jean Lion.

Joséphine Baker en tenue militaire
Joséphine Baker, héroïne de la Seconde Guerre Mondiale

Elle joue un rôle dans le contre-espionnage dès le début de la Seconde Guerre Mondiale, se mobilise pour la Croix-Rouge, entre dans les services secrets de la France libre pour lesquels elle dissimule des messages dans des partitions musicales. Au Maroc, elle soutient les troupes américaines et coloniales. En octobre 1944, engagée dans les forces féminines de l’armée de l’air, elle débarque à Marseille. En récompense, elle reçoit la Médaille de la Résistance française et est faite Chevalier de la Légion d’Honneur.

Joséphine Baker et sa "tribu arc-en-ciel" au château des Milandes
Joséphine Baker et sa "tribu arc-en-ciel" au château des Milandes

En 1947, elle épouse son quatrième et dernier mari, Jo Bouillon avec lequel elle achète le château des Milandes, en Dordogne où elle vit pendant plus de trente ans  où elle accueille et adopte douze enfants de toutes origines.

Joséphine Baker, militante pour les droits civiques et contre le racisme lors de la marche vers Washington
Joséphine Baker, militante pour les droits civiques et contre le racisme lors de la marche vers Washington (1964)

En 1963, elle participe  à Washington à la Marche pour le travail et la liberté en compagnie de Martin Luther King.

En grandes difficultés financières, elle lance un appel en 1964 pour sauver le château des Milandes mais, finit par en être expulsée.

Joséphine à Bobino
Joséphine à Bobino

Ruinée et malgré le secours de la princesse Grace de Monaco, elle est contrainte à soixante-cinq ans de remonter sur scène. Le 10 avril 1975, le lendemain sa dernière représentation, elle est victime d’une attaque cérébrale. Transportée à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, elle décède le 12 avril 1975 à l’âge de soixante-huit ans.

Jessica

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article